Lecture-douceur, littérature jeunesse, 2 : côté roman


Aujourd’hui, toujours dans la perspective du mood-cocooning-besoin-de-lectures-qui-font-plaisir, et après avoir traité d’une littérature jeunesse tout en illustration, nous aborderons l’angle du roman à travers deux ouvrages, l’un de circonstance qui se déroule à la période de Noël et qui recèle de nombreux mystères, l’autre sous des modalités toutes autres, prend la forme d’un journal intime poilant se déployant pendant Halloween mais dont le second tome est consacré à la période de Noël et vient tout juste de paraître !


L’esprit de Noël envahit ce premier roman d’une saga qui en contiendra trois, très joliment illustré par Chloe Bristol dont les dessins, délectables, contribuent de manière ostensible au plaisir de feuilleter l’ouvrage. Le récit, sorte d’hommage à la culture, est truffé de références littéraires et cinématographique telles que The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson, l’univers d’Harry Potter ou encore les romans de Roal Dahl… En effet, Ben Guterson fait pénétrer le·a lecteur·rice dans un luxuriant hôtel qui abritent de loufoques personnages tout particulièrement attachants et dissimule de mystérieuses pièces dont la magie est envoûtante… La plume de l’auteur est fluide si bien que le·a lecteur·rice ne se languit pas et est très vite emporté·e dans les péripéties d’une jeune et vive orpheline prénommée Elizabeth ainsi que ses différents ami·e·s et rivaux·les. L’histoire, banale aux premiers abords, se distingue des romans jeunesses classiques par la promotion assidue de la littérature mise ici en lumière par l’intrigue centrale qui se fonde sur un livre magique et diverses énigmes littéraires auxquelles s’adonnent les personnages principaux et dont on finit par se risquer. C’est une lecture simple mais agréable, dont la trame, quand bien même prévisible, tient la route jusqu’au bout et apporte la douceur qu’il faut pour cette période hivernale : les enfants l’adoreront, les adolescent·e·s et adultes en sortiront attendri·e·s.

Winterhouse Hôtel,  Ben Guterson. Illustrations de Chloe Bristol. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne-Sylvie Homassel. Éditions Albin Michel, coll. Jeunesse-Wiz, 2018. 448 pages. 15,90 euros. À partir de 11 ans. Tu peux l’acheter ici ou dans la librairie [indépendante] la plus proche de chez toi !


Maureen Wingrove a.k.a Diglee signe un ouvrage fantastique sous plusieurs aspects : c’est sous craquants d’humour que l’auteure partage, pour la plus grande joie du·de la lecteur·rice, quelques anecdotes d’une vie adolescente peu banale et qui ne manque pas de panache, dont elle affirme une configuration autobiographique quasi totale. Au-delà de sa première perspective rafraîchissante et divertissante, ce récit, au titre très évocateur rendant à la fois hommage à Simone Veil et Louise Rennison, est un véritable atout pédagogique envisagé très habilement, grâce à toute la sagacité de l’auteure. Cette dernière, par l’entrée humoristique, dresse avec finesse le portrait d’une attachante adolescente en proie aux évolutions du corps féminin et réflexions qu’elles incombent tels que l’estime de soi et le désir de l’autre. Ce journal, court mais dense, dont l’écorce engagée est incontestable, est un authentique souffle salutaire qui fera glousser sans vergogne tout en demeurant lucide et perspicace quant à l’approche de divers motifs sociaux et féministes. Bravo à Maureen Wingrove qui publie un premier roman irrésistible et insatiable !
Le tome 2 intitulé Autant en emporte la musaraigne vient tout juste de paraître, tu peux foncer acheter les deux tomes d’un coup, car à l’issue du premier volume, tu souhaiteras te jeter sur le second, pour sûr !

Le journal intime de Cléopâtre Wellington, tome 1 : Mémoires d’une jeune guenon dérangée, Maureen Wingrove. Éditions Michel Lafon. 2017. 235 pages. 13,95 euros. Dès 12 ans. Tu peux l’acheter ici ou dans la librairie [indépendante] la plus proche de chez toi !


Publicités

2 réflexions au sujet de « Lecture-douceur, littérature jeunesse, 2 : côté roman »

  1. Ah, Diglee et Le journal intime de Cléopâtre Wellington… Je n’ai lu que le premier tome mais que j’ai adoré et, c’est vrai, il donne envie de se plonger dans le second immédiatement ! J’ai vraiment aimé les messages que l’autrice faisait passer à travers son roman, et j’ai passé un moment très agréable, où j’ai beaucoup rigolé !

    Quant à Winterhouse Hôtel, je ne connaissais absolument pas mais ton avis me donne vraiment envie de le découvrir, à l’occasion… notamment pour les références à Harry Potter ou Roald Dahl, héhé !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s