Mercredi 15 Août 2018, 15 heures 05


L’après-midi est chaud, les rayons du soleil attirent les passant comme des aimants magnétiques. Cafés et bières sont les personnages principaux des terrasses de bars où se retrouvent ami.e.s, familles et…lecteur.rices. J’y rencontre Nicolas, âgé de 47 ans, accompagné d’un polar et d’un café.


Sa lecture

Nicolas me parle d’une seconde lecture, celle du polar intitulé Parfois le loup, écrit par Urban Waite et édité chez Actes Sud dans la collection actes noirs, en 2016. Considéré comme l’un des nombreux héritiers de Cormac McCarthy, Urban Waite présente un roman noir américain, électrique, qui ouvre un espace dont le·a lecteur·rice peut envisager chaque recoin, chaque détail. Habituellement, il acquiert ses livres en librairie suite à la consultation de critiques, notamment dans le magazine Page des libraires, ou à travers la rentrée littéraire qu’il suit d’un œil tout relatif. N’ayant pas trouvé son bonheur estival, il décide de se plonger de nouveau dans une lecture qui lui procura beaucoup de plaisir deux ans auparavant, et qui permit à son esprit de voyager aux États-Unis, dans une nature « un peu sauvage, mais pas trop », m’affirme-t-il.

Parfois le loup, de Urban Waite. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Céline Schwaller. Éditions Actes sud, coll. Actes noirs, 2016. 352 pages. 22,50 euros. Tu peux l’acheter ici ou dans la librairie [indépendante] la plus proche de chez toi !

Si tu souhaites en lire un extrait, voici un fichier PDF des dix-neuf premières pages.


Et de manière générale ?

La littérature est une façon de rêver par l’intermédiaire des autres

Ce qui lui plaît dans la littérature, c’est avant tout la découverte de nouveaux·elles auteur·e·s. Ainsi, la plume et le style de l’écrivain·e prime sur le récit, il convoque en guise d’exemple Christian Gailly, qu’il m’avoue adorer, mais aussi Denis Lachaud dont il me recommande l’ouvrage Ah ! Ça ira, paru chez Actes Sud en 2015. C’est un roman qu’il a particulièrement aimé, une utopie sur l’insurrection dans un futur pourtant bien proche de ce que notre présent a de pire à offrir… Nicolas, dont la réserve et la timidité m’a touchée, a toujours été un lecteur assidu, de tous genres. Adolescent, la lecture lui offrait un moyen de s’évader de son quotidien déplaisant, aujourd’hui, elle est devenue un passe-temps, un bienfait, « une façon de rêver par l’intermédiaire des autres ».

Merci à Nicolas pour sa confiance.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Mercredi 15 Août 2018, 15 heures 05 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s