Quentin Zuttion ou le corps sublimé


Aujourd’hui, je te parle de bandes dessinées, un format littéraire que j’ai découvert il y a seulement quelques années, très prolifique et qui ne cesse de se développer. Parfois méprisé·e·s, les bandes dessinées et romans graphiques sont selon moi le meilleur outil quant à l’exploration d’un sujet, peu importe sa complexité, qu’il tienne de la littérature blanche ou d’un domaine scientifique. Iels permettent un accès direct et limpide à des connaissances au moyen de textes courts et vulgarisés que les lecteur·rice·s peu aguerri·e·s apprécieront, et dont les illustrations apportent un plaisir non négligeable. Il est donc primordial que ce genre soit (re)valorisé et éventuellement étudié dans les établissements scolaires.

Cet article est consacré à Quentin Zuttion, davantage connu sous le pseudonyme de Monsieur Q. C’est un jeune auteur, issu des beaux-arts et dont la spécialité n’est pas la bande dessinée au départ mais qui a su s’en emparer pour prendre la parole et s’affirmer. Désormais publiés, ses ouvrages sont tantôt autobiographiques, tantôt pédagogiques et examinent brillamment les thèmes du corps, du sexe, de l’adolescence et des douleurs qu’elle incombe. J’ai eu la chance de le rencontrer dans la librairie de ma ville et ce fut une joie de faire la connaissance d’un être si doux et plein d’humour dont le rire est vibrant et communicatif et dont la bienveillance apaise l’esprit.


Chromatopsie est une bande dessinée très intime, proche de l’autobiographie, réalisée avec soin par Quentin Zuttion, alias Monsieur Q. Projet initialisé sur son blog personnel, les éditions Lapin l’ont contacté afin d’en imprimer une version papier. L’auteur, à la fois scénariste et dessinateur, offre un très bel ouvrage esthétique dont la couverture fait directement écho à l’Homme de Vitruve, célèbre représentation du corps aux proportions idéales parfaites effectuée par Léonard de Vinci. S’emparant de cet emblème artistique, Quentin Zuttion propose ainsi un corps multiple, dont chacun·e peut jouir de son exception, dans une société lisse, à la lisère de l’uniformisation. Le·a lecteur·rice dissèque ainsi onze récits, onze squelettes restitués par un prisme lumineux étudié. Si le recourt à la polychromie est un prétexte, il s’agit pourtant bien là de délivrer un recueil de manifestations corporelles d’un état psychologique meurtri dont résulte une authentique ode à la différence, la bienveillance et la guérison. Les confessions, à la force évocatrice, sont entières et sans aucune réserve, empreinte des affronts quotidiens auxquels chacun·e fait face. C’est au moyen d’un trait davantage mature et affirmé qu’à ses prémices sur la toile que l’auteur procède à l’éclosion d’une mosaïque d’émotions, dont l’autopsie fait l’examen d’une quête identitaire complexe, épineuse et à l’occasion métaphorique. Si Quentin Zuttion affirme délivrer un ouvrage sans visées politique et pédagogique, son caractère universel car hautement symbolique devient un véritable outil, un pansement dont tous et toutes peuvent se saisir.

Chromatopsie, Quentin Zuttion. Éditions Lapin, 2018. 235 pages. 24 euros. Tu peux l’acheter ici ou dans la librairie [indépendante] la plus proche de chez toi !


Cette bande dessinée, parue à l’occasion de la rentrée littéraire 2018, est une entreprise réalisée en binôme, initiée par la scénariste Catherine Castro dont le personnage principal, Nathan (prénommé Lucas dans la vie réelle), est le fils de sa meilleure amie. Cet ouvrage se fonde alors sur un témoignage authentique, « la fiction d’une histoire vraie », manifeste d’un mal-être profond, celui de la dysphorie de genre et dont les propos traitent d’une forme de transition identitaire. L’auteure aborde avec acuité ce sujet, toujours en étroite accointance avec « Nathan » et sa famille, par le biais d’un personnage sonore grâce auquel le·a lecteur·rice perçoit les sentiments, souvent proches de la torture, qu’éprouvent ces individu·e·s et dont les cris désolés restent silencieux aux oreilles de la société. C’est précisément dans un but pédagogique et éducatif que les auteur·e·s co-réalisent cette bande dessinée qui se destine alors à quiconque s’intéresse de près ou de loin à la transidentité mais également à celleux qui souhaitent aider d’éventuel·le·s proches à comprendre ou se comprendre, avec bienveillance. Les graphismes, réalisés par Quentin Zuttion, sont d’une grande délicatesse : il a su capter avec habilité et fit le choix de sublimer, selon une interprétation libre et au moyen d’un trait sensible et de couleurs aquarelles douces, un propos parfois violent, mais qui se révèle impératif. Assurément, divers motifs adjacents mais néanmoins inhérents à l’expérience du personnage sont auscultés tels que le sexisme, la perception du corps, l’homosexualité, l’homophobie ou encore l’auto-mutilation. Je tiens ainsi à applaudir le travail des auteur·e·s mais aussi tout particulièrement le courage de Lucas qui a osé sortir du mutisme et partager un récit poignant, franc, un hymne empli d’espoir et de tolérance. C’est l’histoire d’une renaissance.

Appelez-moi Nathan, Catherine Castro, Quentin Zuttion. Éditions Payot, 2018. 144 pages. 16,50 euros. Tu peux l’acheter ici ou dans la librairie [indépendante] la plus proche de chez toi !

Je souhaite donner une marque corporelle à toutes les émotions qu’on n’arrive pas à verbaliser, à lâcher. On vit à travers le regard des autres. La question est moins de s’aimer que de s’accepter. Se détacher. Se connaître, se découvrir.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Quentin Zuttion ou le corps sublimé »

  1. « Chromatopsie » a l’air vraiment très bien, j’aime beaucoup cette idée de compiler des témoignages, des histoires… Je ne l’ai pas – encore – lu mais j’espère en avoir l’occasion d’ici peu de temps.

    Je suis à peu près du même avis que toi pour « Appelez-moi Nathan », dont j’ai par ailleurs adoré les illustrations.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s